soiusa-exemple-alpes-subdivision-orographie-orographique

 

Communiquer sur telle ou telle randonnée ou sortie à vélo serait difficile si nous ne partagions pas un socle commun de connaissances sur la zone géographique dont il est question. La Géographie est la discipline en charge de la description totale ou partielle du globe terrestre. Cela permet à l’Homme de se situer plus facilement dans l’espace et d’échanger avec d’autres, ou à défaut de fournir des noms de lieux qui pourront être retrouvés via la consultation de documents papier ou en ligne. La Géographie doit entre-autres discrétiser l’espace, c’est-à-dire le découper en entités, et attribuer un nom à chacune de ces entités. La géomorphologie, le passé et la culture de chaque région ont une influence forte sur le découpage de l’espace, sur les dénominations, ainsi que sur leurs évolutions dans le temps. Alors, comment s’y retrouver ? Nous allons nous intéresser aujourd’hui à la géographie des Alpes, un espace complexe chargé d’histoire et riche en diversité culturelle.

 

 

1. Orographie : la géographie des montagnes

L’Orographie est la discipline de la Géographie en charge de l’étude, la description et la représentation du relief montagneux. Son objectif est simple : proposer une description de référence de l’espace analysé. Le cheminement intellectuel est beaucoup moins évident. En effet, la complexité des massifs nécessite une réflexion appropriée pour la définition des limites et l’attribution des noms. Si les sommets sont facilement identifiables à l’œil, les limites d’ensembles cohérents sont plus difficiles à définir : quelles vallées ou arêtes doivent être retenues ? La classification doit-elle se baser sur les caractéristiques du relief, sur les dynamiques humaines passées, ou bien les deux ? Comment fusionner ou séparer des entités lors des changements d’échelle ?

De nombreuses classifications des massifs montagneux existent à travers le monde. Ces propositions couvrent tout ou partie d’un massif et ont des critères de segmentation très variables. Les Alpes ont été particulièrement étudiées et plusieurs classifications existent à ce jour. A nouveau, certaines d’entre-elles ne couvrent qu’une partie de l’arc alpin. Citons par exemple la Division des Alpes orientales selon le Club Alpin autrichien et le Club Alpin allemand, coordonnée car le Dr. Franz Graßler au milieu des années 1980, ou la classification des Alpes françaises de Raoul Blanchard parue en 1913 et actualisée par la suite.

Notons ici qu’il n’existe pas de classification absolue ou universelle. Chaque proposition de classification résulte d’une demande, d’objectifs précis, d’une réflexion particulière sur un territoire donné et se fonde sur des hypothèses de segmentation bien spécifiques. Je fais ici le choix de vous présenter la Subdivision Orographique Internationale Unifiée du Système Alpin (SOIUSA), une des classifications à prendre en considération le territoire alpin dans son ensemble et dont l’atlas a été édité en 2005. Mais c’est grâce à l’impulsion de Mr Abächerli, alors membre de l’UIAA, qu’elle se place ensuite comme une proposition de normalisation des diverses subdivisions alpines nationales dans le but de créer une unique classification européenne, mais qui n’a malheureusement pas encore abouti à ce jour.

Haut de page 

 

2. La SOIUSA

L’objectif de cet article est d’introduire cette classification qui sera utilisée par la suite comme classification de référence des Alpes pour le classement des articles (tel article sera rattaché à telle ou telle entité spatiale de la SOIUSA). Je renvoie le lecteur vers le site Capleymar pour plus de détails sur l’histoire, les concepts, la structure et les aspects orographiques de la SOIUSA.

 

2.1. Auteur et objectif

SOIUSA-Atlas-Marazzi-alpes-subdivision-orographie-orographique

La SOIUSA a été réalisée sous l’impulsion de Sergio Mazarri, chercheur géographe italien passionné d’orographie alpine. Durant presque 20 années, Sergio Mazarri a parcouru les universités de l’arc alpin pour rencontrer les spécialistes de l’orographie alpine. Ces rencontres et collaborations lui ont permis d’aboutir en 2003 à la création d’un système de classification innovant des Alpes : la Subdivision Orographique Internationale Unifiée du Système Alpin. Ce nouveau système unissait pour la première fois les groupes décrits dans les guides de montagne nationaux et les sections alpines traditionnelles (par exemple, Alpes en occidentales, centrales et orientales), et permettait de lever certaines incohérences et erreurs. Ce travail se concrétisa par l'édition en 2005 d'un atlas orographique des Alpes (Atlante Orografico delle Alpi en italien) qui se veut une clé de lecture moderne de la complexité du système alpin. L’originalité principale du travail de Sergio Marazzi se trouve dans le système hiérarchique de la SOIUSA, résumé dans la pyramide ci-après.

La SOIUSA a pour objectif principal « normaliser les différentes subdivisions alpines nationales afin de trouver une recevabilité auprès de l'ensemble des pays de l'arc alpin. Ce travail a donc permis d'unifier les Alpes occidentales françaises et italiennes, les Alpes centrales suisses et les Alpes orientales italiennes, autrichiennes, allemandes et slovènes » (Joseph Cappelletti). les Regroupements (divisions) de niveau supérieur sont fractionnés selon un critère morphologico-altimétrique (topographique) en tenant compte des régions historiques et géographiques alpines.

Notons ici que des approches récentes (XXIe siècle) abordent la division du Massif des Alpes sous un autre angle. Celles-ci sont orientées vers les caractéristiques physiques du relief, et utilisent comme base de travail soit le partage des eaux et bassins versants, soit la méthode triple point. Ces deux subdivisions sont complètement déconnectées de toute approche historique pour individualiser les groupes de montagnes. L’unique référence historique ne concerne que les noms des massifs, ce qui est bien entendu incontournable comme l’avait fait admirablement Raoul Blanchard pour les Alpes françaises à son époque.

Haut de page

 

2.2. Structure générale


SOIUSA-pyramide-regroupement-alpes-subdivision-orographique-orographie

 

La SOIUSA fragmente l’arc alpin selon plusieurs niveaux de regroupements :

  • les regroupements de niveau supérieurs qui présentent un nombre faible d’entités ;
  • les regroupements de niveau inférieurs qui présentent un nombre élevé d’entités.

Les niveaux de regroupements peuvent être représentés selon une pyramide, les étages les plus bas présentant les entités les plus petites en surface (donc les plus nombreuses) et les étages les plus hauts les entités les plus vastes (donc les moins nombreuses). Pour passer d’un niveau à son niveau supérieur, plusieurs entités sont fusionnées pour donner une entité plus vaste. La SOIUSA définit ainsi 1625 sous-groupes (STG) qui, progressivement, sont fusionnées en 870 groupes (GR), 333 super-groupes (SPG), 132 sous-sections (STS), 36 sections (SZ), 5 grands secteurs (SR_pt) et enfin 2 grandes parties (PT) constituant l’ensemble du système alpin. Chaque sous-groupe, groupe, super-groupe, sous-section etc. est décrit dans l’Atlante Orografico delle Alpi publié par Sergio Marazzi. En juin 2015, ces descriptions ont été retranscrites informatiquement (couches spatialisées sous SIG) pour les regroupements allant du système alpin jusqu’aux 333 super-groupes. La quasi-totalité du travail a été réalisé par Joseph Cappelletti. Si le fichier d’un regroupement vous intéresse, merci de le contacter via le site Capleymar.

 

alpes-subdivision-orographie-orographique-soiusa-limites

 

Haut de page

 

2.3. Carte interactive

La carte interactive ci-dessous présente certains regroupements de la SOIUSA :

  • le système alpin : 1 entité ;
  • les sections (SZ) : 36 entités ;
  • les sous-sections (STS) : 132 entités ;
  • les super-groupes (SPG) : 333 entités.

 

Pour connaître la dénomination de la zone des Alpes qui vous intéresse, zoomer, cliquez, trouvez !

 

 

Haut de page

 

3. Pour aller plus loin …

SOIUSA-capleymar-subdivision-alpes-orographie

 

Je tiens à remercier Joseph Cappelletti pour son aide, ses explications, le partage de son travail et le temps consacré à la correction du mien. Il est l’auteur du site Capleymar qui réunit un ensemble de connaissances sur les Alpes : géologie, climat, glaciers, hydrographie, faune, flore, culture, traditions, arts, sports etc. Joseph Cappelletti a notamment fait et continue à faire un travail approfondi de cartographie, de synthèse et de vulgarisation sur les différentes Divisions des Alpes - Orographie des Alpes. Je recommande vivement aux lecteurs de cet article de se rendre sur le site Capleymar pour obtenir des informations détaillées sur la Subdivision Orographique Internationale Unifiée du Système Alpin.

 

Haut de page


Vous aimerez peut-être ...